- Charter of Transdisciplinarity

          ɡ

 

Special Issues

   - The Book Shop

The Golden Register -

 

Useful Sites

F.A.Q.

Index

 

 Maaberuna

frencharabic 

 Clandestinit

Dans une socit dmocratique, un mouvement de rsistance au dsordre tabli peut sexprimer ouvertement et organiser des manifestations publiques en toute lgalit. Normalement, la rpression ne frappe alors que ceux qui dfient directement les pouvoirs publics par une action de dsobissance civile. Les poursuites, les arrestations, les procs et les condamnations quils encourent viennent donner un surcrot de publicit la cause quils dfendent en interpellant lopinion publique davantage que laction elle-mme. Dans de telles circonstances, la clandestinit peut prsenter un intrt tactique temporaire, mais ne constitue pas une ncessit stratgique.

En revanche, dans une socit o le pouvoir fait fi des exigences de la dmocratie et o toute action dopposition de la part des citoyens constitue un dlit justiciable dune lourde condamnation, un mouvement de rsistance peut tre amen, pour sorganiser durablement, dvelopper une part de ses activits dans la clandestinit.

Gandhi a tabli une incompatibilit de nature entre la non-violence et la clandestinit. Il estimait que celui qui optait pour la non-violence devait agir au grand jour, en toute transparence, et refuser de construire autour de lui le mur de protection de la clandestinit. La vie dans la clandestinit lui semblait tre une vie dans le mensonge, alors que, selon lui, la non-violence impose de dire la vrit partout et toujours, quels que soient les risques encourus. Mais on ne saurait ici suivre Gandhi, ni dans son raisonnement thorique, ni dans ses conclusions pratiques.

Du point de vue moral, lhomme nest pas tenu de dire la vrit celui qui est dispos faire de celle-ci un instrument au service dune fin injuste. Dans une telle circonstance, dfendre la vrit, cest prcisment la cacher celui qui veut sen servir pour porter atteinte aux droits dautres hommes. Lhomme moral ne doit la vrit qu celui qui la mrite, qui est digne de la connatre, cest--dire qui est dispos la mettre au service du bien dautrui.

Du point de vue pratique, face un pouvoir rpressif, les membres dun mouvement de dissidence ou de rsistance ne sont pas tenus dagir en toute transparence et ne doivent pas refuser, lorsquils lestiment opportun, de se protger contre la rpression en la djouant par la clandestinit. Certes, un mouvement de rsistance non-violente, sauf circonstances exceptionnelles, ne saurait devenir totalement clandestin. Par elle-mme, la clandestinit risque dinduire des comportements antidmocratiques qui mettent mal la reprsentativit du mouvement et, par consquent, sa lgitimit et sa crdibilit.

Laction publique est un lment essentiel de la stratgie de la non-violence et, gnralement, un mouvement ne saurait y renoncer sans perdre son efficacit. Mais il lui appartient dapprcier, en fonction des circonstances, quelle est la meilleure articulation possible entre activits clandestines et actions publiques. Il doit garder linitiative en choisissant quel moment et de quelle manire il convient de venir dfier ouvertement les pouvoirs publics. Lun des critres dcisifs de ce choix sera le degr de la rpression quil devra affronter et la capacit du mouvement l encaisser  sans tre dsorganis. Pour une part essentielle, la victoire du mouvement sera fonction de sa capacit surmonter la rpression.

Rpression

 

return a l'index

 

Front Page

 

                              

Spiritual Traditions

 

Mythology

 

Perennial Ethics

 

Spotlights

 

Epistemology

 

Alternative Medicine

 

Deep Ecology

Depth Psychology

Nonviolence & Resistance

 

Literature

 

Books & Readings

 

Art

 

On the Lookout

The Sycamore Center

 

: 3312257 - 11 - 963

: . .: 5866 - /

maaber@scs-net.org  :

  :        ӡ ߡ ɡ