- Charter of Transdisciplinarity

          ɡ

 

Special Issues

   - The Book Shop

The Golden Register -

 

Useful Sites

F.A.Q.

Index

 

 Maaberuna

frencharabic 

Femme

La violation des droits de la femme par les hommes est certainement lune des violences les plus rpandues et les plus tragiques travers le monde. Le comportement violent de lhomme lgard de la femme simpose comme lune des caractristiques les plus marquantes de la culture de violence qui prvaut dans nos socits. Tout au long des sicles, aussi bien dans la vie domestique que dans la vie politique, les femmes ont t infriorises, cartes, domines et opprimes par les hommes et, le plus souvent, elles leur ont t soumises. Le XXe sicle a vu lmergence dun  mouvement des femmes  qui leur a permis, dans une certaine mesure, daffirmer et de faire reconnatre leur propre identit. On ne saurait prtendre, pour autant, que toute forme discrimination ou dexclusion leur encontre a disparue. Loin sen faut.

Selon lidologie dominante, les vertus guerrires qui font les hros appartiennent aux hommes et semblent manquer aux femmes. Comme si elles navaient pas les qualits requises pour porter lpe et braver la mort sur les champs de bataille, comme si elles ntaient pas dignes de partager la gloire des guerriers et devaient tre rserves pour leur repos et leur consolation. Limportance de la guerre dans la vie des socits a t certainement lune des causes de la prdominance masculine. La guerre est une  affaire dhommes . Non que les femmes ne soient pas concernes par elle ; au contraire, elle les concerne directement, mais elles se sont tenues derrire la guerre ou, plus exactement, elles ont t maintenues derrire elle, le plus souvent invisibles, comme elles furent maintenues derrire les hommes. Les femmes ont profondment souffert de la guerre, mais leurs souffrances et leurs larmes taient rsignes, silencieuses, comme leur vie. Mme lorsquelles ont maudit la guerre, elles nont gnralement pas protest contre elle. Comme elles ont accept les lois des hommes, elles ont accept les lois de la guerre. Les femmes elles-mmes nont-elles pas trop souvent honor la guerre en admirant les hros guerriers ? Nont-elles pas elles-mmes largement contribu fabriquer et entretenir le prestige usurp de luniforme ? Et en voulant prendre toute leur place dans la socit et en refusant de se soumettre au pouvoir des hommes, les femmes ne vont-elles pas imiter leur violence ? Rien ne serait pire quau nom de lgalit, elles revendiquent leur place dans la guerre !

Parce quelles  donnent la vie  aux tres humains, les femmes auraient-elles une rpugnance  naturelle  leur donner la mort ? De par leur statut biologique, auraient-elles une disposition  naturelle  refuser la violence et prfrer la non-violence ? En ralit, les femmes aussi sont capables des plus grandes violences et il faut certainement renoncer au mythe de la femme naturellement douce, tendre et pacifique. De mme, la violence nest pas le mode dexpression naturel, biologique, qui caractriserait ltre masculin. Le comportement violent de lhomme doit tre resitu dans son environnement culturel et, tout dabord, dans le processus de socialisation constitu par lducation. Celle-ci nenjoint-elle pas lhomme de refouler sa sensibilit quil doit considrer comme une  faiblesse  ?

La diffrence sexuelle ne saurait se confondre avec des strotypes sociaux figs. Probablement faut-il cesser de raisonner en prsupposant que la violence serait essentiellement masculine et la non-violence essentiellement fminine. Mieux vaut dire que la non-violence est essentiellement masculine et fminine. Tout tre humain est bisexu : en chaque individu, il existe un ple fminin et un ple masculin. Il lui appartient donc dassumer la fois sa masculinit et sa fminit. Pour autant, la recherche de lgalit et de lquit entre les hommes et les femmes ne saurait se fonder sur lindiffrenciation et la similitude des identits fminine et masculine. Il importe donc que la femme libre llment masculin qui est en elle et quainsi elle acquiert la force dexercer son propre pouvoir. Il importe en mme temps que lhomme intgre llment fminin qui est galement constitutif de son tre. Il pourra ainsi mieux matriser la brutalit dont il fait montre trop souvent dans lexacerbation de sa virilit. En devenant valeurs, les qualits masculines et fminines cessent dtre des particularits dun sexe plutt que de lautre. Il ne sagit pas de nier ou de dpasser la diffrence, mais dincarner diffremment lhumanit de lhumain. Et, peut-tre alors, lhomme et la femme, chacun gardant son identit propre, mais enrichie de celle de lautre, pourront-ils concourir ensemble inventer une culture de la non-violence ?

 return a l'index

 

Front Page

 

                              

Spiritual Traditions

 

Mythology

 

Perennial Ethics

 

Spotlights

 

Epistemology

 

Alternative Medicine

 

Deep Ecology

Depth Psychology

Nonviolence & Resistance

 

Literature

 

Books & Readings

 

Art

 

On the Lookout

The Sycamore Center

 

: 3312257 - 11 - 963

: . .: 5866 - /

maaber@scs-net.org  :

  :        ӡ ߡ ɡ