- Charter of Transdisciplinarity

          ɡ

 

Special Issues

   - The Book Shop

The Golden Register -

 

Useful Sites

F.A.Q.

Index

 

 Maaberuna

frencharabic 

Intgrisme

Jusqu prsent, les grandes religions historiques ont jou un rle primordial dans lmergence des cultures et des civilisations et ont profondment imprim leur marque dans la construction des cits politiques. Mais force est de reconnatre que le plus souvent elles ont mconnu lexigence philosophique de non-violence et se sont rallies aux idologies dominantes de la violence ncessaire, lgitime et honorable. Par lenseignement rigide dun discours dogmatique ferm, les religions ont souvent dispos les hommes lintolrance lencontre des autres plutt qu la bienveillance envers eux. Elles ont ainsi nourri les nationalismes communautaires qui professent la discrimination, lexclusion et la violence. En pactisant avec lempire de la violence, elles ont ignor les enjeux thiques, spirituels, mtaphysiques sans doute faudrait-il dire aussi thologiques et politiques de la non-violence. Non seulement elles ont reconnu que la violence tait un droit naturel de lhomme dans le cadre de la lgitime dfense de ses intrts, mais, en de nombreuses circonstances, elles sont venues sacraliser la violence en lui apportant la caution de leur Dieu. Lorsque la religion a bni la violence, la violence nest pas devenue sacre, mais la religion est devenue sacrilge. La religion sen est trouve profondment souille ; mais il fallait quelle soit dj souille pour accepter de pactiser avec la violence.

Lintgrisme religieux est lun des vecteurs les plus puissants de la violence. Ds lors que les hommes ont la certitude que leur religion est la seule vraie, ils peuvent prtendre queux seuls possdent la vrit et se persuader que Dieu leur a donn la mission de la dfendre. Ils se font donc un devoir non seulement de pourfendre les hrsies, mais de livrer bataille aux hrtiques. Lintgrisme religieux et lhistoire nous apprend que lintgrisme est la tentation de toutes les religions engendre donc directement lidologie de la  guerre sainte  qui pse dun poids si lourd dans lhistoire des religions. Dans la logique intgriste, ds lors quil ny a pas de cause plus juste que celle de Dieu, il ny a pas de violence plus lgitime que celle de la guerre sainte. Ainsi lidologie intgriste sacralise la violence. Les tueurs religieux sont parmi les meurtriers les plus furieux et les moins repentants.

Lhomme philosophe, dans sa recherche de la sagesse universelle quil soit croyant ou non , ne peut que rcuser, dnoncer et combattre lidologie des intgristes. Sans doute la philosophie ne permet-elle pas de connatre le vrai Dieu, mais du moins permet-elle didentifier les faux dieux en sefforant de dire de Dieu ce quil nest pas et cela est dj dcisif. Le philosophe refuse lide dun dieu qui enjoindrait au croyant de recourir la violence pour faire respecter la foi, le dogme, la loi et lordre. Pour le philosophe, lantithse de la foi nest pas lincroyance, mais la violence. En toute hypothse, renier Dieu, ce nest point ignorer quil existe, mais prtendre quil saccommode de la violence des hommes, quil la justifie, quil la cautionne, pire encore, quil peut la leur commander.

Dans cette perspective, la premire vrit que lhomme raisonnable peut exprimer lorsquil sefforce de penser lexistence de Dieu, cest que celui-ci nest pas violent, que toute violence lui est trangre, quil ny a en lui nulle colre, nulle jalousie, nulle vengeance. Dieu, en toute hypothse, est pure non-violence. La raison nous enseigne donc que les dieux qui pactisent avec la violence des hommes, qui la cautionnent et parfois la commandent, habitent certainement le panthon des faux dieux. Ainsi le  dieu des Armes  est srement un faux dieu. Le vrai Dieu, pour autant que lhomme puisse le connatre, ne peut tre quun  Dieu dsarm . Lorsque lhomme fait dire un dieu quil cautionne la violence des hommes, ce nest srement pas la parole de Dieu qui sexprime. Cest la parole dun homme sur Dieu, et cest la parole dun homme qui se trompe en parlant de Dieu. Lhomme a toujours besoin de justifier sa violence et, lorsquil croit en un dieu, il a besoin de se convaincre que son dieu justifie sa violence. Lurgence de dsarmer Dieu est une exigence philosophique, culturelle et politique. Elle ne concerne pas seulement les croyants, mais tous les citoyens qui sont soucieux de construire un monde apais.

Si le principe de non-violence est bien le fondement de la philosophie, il convient daffirmer le primat de ce principe sur toute considration  religieuse . Cette affirmation ne peut pas ne pas conduire une rupture radicale avec toutes les doctrines religieuses non seulement de la guerre sainte, mais aussi de la guerre juste et de la violence lgitime. Les hommes  religieux  doivent eux-mmes avoir, les premiers, le courage doprer une telle rupture, mme si celle-ci met en cause leur  tradition . Lhomme spirituel quil croit en Dieu ou non , est un homme de rupture. Il aime tellement la terre quil nest attach aucun territoire. Aucun sol pour lui nest  sacr . Il est toujours prt quitter sa terre pour sen aller marcher sur les routes du monde, libre dans le soleil, la pluie, la neige ou le vent.

Nous avons pris lhabitude de mettre les violences que nous condamnons sur le compte des extrmismes. Mais les intgrismes ne sont possibles que par les orthodoxies. En construisant des doctrines de la violence lgitime et de la guerre juste, en justifiant lusage raisonnable de la violence, les orthodoxies justifient dj labus des intgristes. Car la violence nest pas raisonnable et elle est par elle-mme un abus. Pour combattre la violence des intgrismes, il faut venir la traquer et la dbusquer jusque dans les repres o elle sabrite au sein des orthodoxies.

Plutt que de vouloir prtendre quelles sont toutes des religions de paix, il y aurait de la part des religions davantage de courage spirituel et dhonntet intellectuelle reconnatre quelles ont toutes t aussi des religions de guerre. Et cela les obligerait non seulement reconnatre leurs fautes, mais surtout reconnatre leurs erreurs. Or, il est beaucoup plus difficile pour une religion de reconnatre ses erreurs que ses fautes. Car celles-ci ne mettent en cause que les hommes, alors que celles-l mettent directement en cause les religions elles-mmes. Il est ncessaire et il est bon de se repentir de ses fautes, mais il est plus important encore de reconnatre que ces fautes ont t provoques et justifies par des erreurs des erreurs de doctrine, des erreurs de pense et que la seule manire de se repentir de ses erreurs, cest de les corriger.

Spiritualit

Vrit  

return a l'index

 

Front Page

 

                              

Spiritual Traditions

 

Mythology

 

Perennial Ethics

 

Spotlights

 

Epistemology

 

Alternative Medicine

 

Deep Ecology

Depth Psychology

Nonviolence & Resistance

 

Literature

 

Books & Readings

 

Art

 

On the Lookout

The Sycamore Center

 

: 3312257 - 11 - 963

: . .: 5866 - /

maaber@scs-net.org  :

  :        ӡ ߡ ɡ