- Charter of Transdisciplinarity

          ɡ

 

Special Issues

   - The Book Shop

The Golden Register -

 

Useful Sites

F.A.Q.

Index

 

 Maaberuna

frencharabic 

Objection de conscience

Dans le sens le plus usuel, mais restrictif, lobjection de conscience signifie le refus daccomplir le service militaire ou dtre rappel  sous les drapeaux . Par elle-mme, lexpression suggre que ce refus se fonde essentiellement sur des convictions personnelles qui mettent en avant lexigence morale et/ou religieuse qui prescrit le respect inconditionnel de la vie humaine, interdit de verser le sang et donc de  porter les armes . Pendant longtemps, lattitude des objecteurs de conscience a t svrement condamne par les États comme un dlit dincivisme, contraire au devoir de la solidarit nationale qui simpose tout citoyen. Et les opinions publiques elles-mmes ne manquaient pas dapprouver cette condamnation. Les rfractaires taient alors accuss de faire preuve de lchet en refusant dassumer leurs responsabilits civiques.

La reconnaissance du droit lobjection de conscience et loctroi dun statut lgal lobjecteur fut une avance significative de la civilisation. Cette reconnaissance est rcente. Elle na t obtenue quau terme dune longue lutte qui a exig beaucoup de courage, beaucoup de sacrifices et beaucoup de souffrances de la part de ceux qui lont entreprise alors quils taient traits comme des dlinquants et des parjures, jets au ban de la socit et emprisonns. Pour autant, le droit lobjection de conscience nest pas encore reconnu par tous les États o se trouve maintenu le principe du service militaire obligatoire. Au demeurant, mme dans les pays o la conscription a t supprime, les citoyens sont en droit de revendiquer le bnfice dun statut lgal dobjecteur de conscience en signifiant ainsi leur refus dtre enrls dans larme dans le cas o lÉtat dciderait de les mobiliser.

Ds lors que lobjection de conscience ne se rduit pas une contestation de larme de type antimilitariste et pacifiste, mais quelle est fonde sur loption de la non-violence, elle ne peut se limiter un simple refus individuel de porter les armes. En demandant bnficier du droit lobjection de conscience, le citoyen qui fait loption de la non-violence a  lobligation de conscience  dassumer ses responsabilits civiques par dautres moyens que ceux de la violence, cest--dire par ceux de laction non-violente. Il appartient alors lÉtat de leur donner la possibilit deffectuer, dans le cadre mme du service national, un service civil, de mme dure que celle du service militaire. Au cours de celui-ci, ils devront tudier les principes et les mthodes de la stratgie de laction non-violente, aussi bien de la dfense civile que de lintervention civile, et se prparer les mettre en uvre pratiquement.

Ds le moment o il prend sa dcision, lobjecteur de conscience sait bien que des circonstances peuvent survenir o lÉtat peut tre amen intervenir dans un conflit pour dfendre une cause juste, et quil le fera alors par les seuls moyens qui sont sa disposition, cest--dire ceux de la force arme. Et il pense dj que, tant ce quelle est la situation , il vaut mieux que lÉtat intervienne en recourant la force des armes, plutt quil ne se rfugie dans une politique de  non-intervention  qui naurait dautre motivation que la lchet et dautre consquence que la libert laisse aux agresseurs de commettre leurs basses uvres. Mais en dcidant de devenir objecteur de conscience, le citoyen choisit lavance de ne pas participer lui-mme une telle intervention militaire. Il a la conviction quil sera plus utile en recherchant les possibilits dintervenir par les moyens offerts par la stratgie de laction non-violente.

Lobjection de conscience politique peut galement tre le moyen de refuser de participer une action militaire particulire que lon juge injuste et inacceptable, sans pour autant faire loption de la non-violence et refuser de recourir la violence en toutes circonstances. Des militaires eux-mmes peuvent faire acte dobjection de conscience en refusant de participer une campagne de rpression contre une minorit politique en lutte pour la reconnaissance de ses droits. Ils peuvent galement refuser de recourir des moyens quils jugent illgitimes, comme la torture et les excutions sommaires de prisonniers.

Dune manire plus gnrale, on peut parler dobjection de conscience pour tout refus dobissance une loi ou un ordre de la part dun citoyen qui sest convaincu, pour des motifs de conscience que, sil obtemprait, il se rendrait complice dune injustice caractrise portant atteinte la dignit humaine. Cette dsobissance est commande par une loi gnralement non-crite qui se trouve au-dessus des lois crites de la cit. Ne faudrait-il pas envisager que le droit la dsobissance pour des raisons de conscience soit inscrit dans la constitution ? Nest-ce pas une exigence de la dmocratie de dfinir une  clause de conscience citoyenne  qui dispenserait lindividu dobir une loi qui comporte des obligations contraires ses convictions ?

Dfense civile non-violente

Dsobissance civile

Intervention civile  

return a l'index

 

Front Page

 

                              

Spiritual Traditions

 

Mythology

 

Perennial Ethics

 

Spotlights

 

Epistemology

 

Alternative Medicine

 

Deep Ecology

Depth Psychology

Nonviolence & Resistance

 

Literature

 

Books & Readings

 

Art

 

On the Lookout

The Sycamore Center

 

: 3312257 - 11 - 963

: . .: 5866 - /

maaber@scs-net.org  :

  :        ӡ ߡ ɡ