- Charter of Transdisciplinarity

          ɡ

 

Special Issues

   - The Book Shop

The Golden Register -

 

Useful Sites

F.A.Q.

Index

 

 Maaberuna

frencharabic 

Pardon

Il faut en convenir, le pardon na pas bonne rputation. Il est trop souvent revtu dune connotation religieuse qui brouille sa signification en lassociant lobscure notion de pch. Les religions historiques et tout particulirement le christianisme ont ainsi dvelopp toute une rhtorique sur le pardon des pchs qui, en dfinitive, ne concernait gure lhistoire des hommes. Cest donc une entreprise difficile, mais en mme temps ncessaire, lgitime et fconde, de rapatrier lattitude du pardon dans son ordre propre, celui de lthique, et donc de la philosophie. Il sera alors possible de lui restituer sa dimension politique.

Limportance dcisive de lexigence thique du pardon dans les relations humaines est mise en vidence par ce que sa ngation implique fatalement : lenchanement impitoyable des vengeances et des revanches. La vengeance est stricte rciprocit, elle est pure imitation de la violence de ladversaire. Dabord, le pardon vient briser cette rciprocit et cette imitation. Alors que le ressentiment, la rancune et la haine emprisonnent lindividu dans les chanes du pass, le pardon vient len librer pour lui permettre dentrer dans lavenir. La vengeance prolonge et rpercute dans lavenir les consquences destructrices dun acte malfaisant commis dans des circonstances qui dj nexistent plus. La vengeance est inopportune, intempestive, anachronique ; elle vient toujours contretemps.

Celui qui pardonne nignore pas le dsir de vengeance, mais il dcide de le surmonter et de le surpasser. La dcision de ne pas se venger ne peut tre prise que parce que, prcisment, le dsir de se venger est l, bien prsent en nous, et quil voudrait simposer notre volont. Cest pour cela que le pardon demande un grand courage. Cest parce que la vengeance est dsirable que le pardon est un devoir difficile. Le pardon nest pas le fruit de linclination, il ne senracine pas dans un sentiment, mais dans une dcision de la volont ; il est un acte, une action, un vnement qui advient dans lhistoire pour en changer le cours.

Le pardon, certes, ne perd pas la mmoire du pass loubli nest pas une vertu, mais seulement une distraction , mais il se tourne rsolument vers lavenir. Il existe un  devoir de mmoire  du pass qui est vigilance pour lavenir, mais la mmoire du mal encombre lavenir, elle trouble nos perceptions. Le pardon ne dtruit pas le souvenir, il est un pari sur lavenir. Ce pari peut tre perdu, il nen perd pas pour autant son sens. Le pardon est sans condition, il est donc sans garantie. Le pardon est un don. Il est la perfection du don. Il ne se mrite pas et ne se reprend pas. Pour devenir effective dans le devenir historique, la dcision de pardonner doit stablir dans la dure. Tandis que la vengeance est une forme de dsespoir, le pardon est tout entier anim par lesprance du recommencement.

Lobligation du pardon se situe au cur mme de lexigence de non-violence. Pardonner, en dfinitive, cest toujours pardonner une violence. Pardonner, cest dcider unilatralement de rompre la chane sans fin des violences qui se justifient les unes les autres, cest refuser de continuer indfiniment la guerre, cest vouloir faire la paix avec les autres comme avec soi-mme. Car celui qui est occup par le souci de se venger ne se tient pas en paix. Pardonner, cest pacifier son propre avenir en refusant de rester soi-mme prisonnier dun cycle perptuel de violences. La vengeance rend vritablement la vie impossible et la mort fort probable.

Mais le refus de la vengeance nest pas toute luvre du pardon : il doit encore reconstruire une nouvelle relation entre loffens et loffenseur. Il convient ici de distinguer le pardon personnel, lorsque loffense elle-mme sinscrit directement dans un rapport de personne personne, et le pardon collectif, lorsque loffense se situe dans le rapport dune collectivit une autre, cest--dire dans un rapport social ou politique. Dans une relation personnelle, il sagit de pardonner son prochain ; dans un rapport politique, il sagit de pardonner son lointain. Dans un cas comme dans lautre, le pardon rend possible, sinon la rconciliation, du moins la conciliation, cest--dire quil permet de rtablir ou dtablir des relations de justice. Mais pour que celles-ci deviennent effectives, il importe que le malfaiteur reconnaisse ses responsabilits, entre lui-mme dans lhistoire du pardon et participe sa dynamique.

Les exigences de justice et de pardon ne se situent pas dans un rapport antagoniste. Elles ne se contredisent pas, mais, au contraire, se conjuguent pour concourir ensemble crer une dynamique de paix. Luvre de la justice ouvre le chemin au pardon et, rciproquement.

Lorsquun rgime seffondre aprs stre rendu coupable de multiples violations des droits de ltre humain, il ne serait pas raisonnable de demander immdiatement aux victimes de pardonner leurs bourreaux. Pour retrouver confiance dans lavenir, les victimes doivent pouvoir exprimer leur souffrance et obtenir que justice leur soit rendue. Il sagit dabord dtablir les faits. Cest pourquoi il est important que, sous lgide dun organisme national ou international, soit constitue une  Commission Vrit  pour faire la lumire sur les crimes perptrs. Certes, il est probablement impossible de juger tous ceux qui se sont rendus coupables dexactions durant une dictature, une guerre civile ou un gnocide, mais il est indispensable de juger au moins ceux qui portent la responsabilit de crimes caractriss. Or, les responsables de ces crimes exercent de fortes pressions pour obtenir une amnistie gnrale qui les blanchisse avant mme davoir t jugs. La proclamation dune impunit gnrale ne permettrait pas la cicatrisation des blessures subies par les victimes. Ce nest quaprs que la justice a t rendue que des mesures damnistie peuvent tre envisages et que la rconciliation peut tre possible.

En ralit, les grands massacres de lhistoire nont pas t engendrs par des rancunes personnelles, mais par des haines collectives. Ce sont donc surtout celles-ci quil faut teindre et seule, en dfinitive, luvre du pardon peut y parvenir. Le pardon apparat alors comme un moment dcisif de laction politique qui se donne pour finalit de librer lhistoire du mcanisme aveugle de la violence.

Justice

Rconciliation  

return a l'index

 

Front Page

 

                              

Spiritual Traditions

 

Mythology

 

Perennial Ethics

 

Spotlights

 

Epistemology

 

Alternative Medicine

 

Deep Ecology

Depth Psychology

Nonviolence & Resistance

 

Literature

 

Books & Readings

 

Art

 

On the Lookout

The Sycamore Center

 

: 3312257 - 11 - 963

: . .: 5866 - /

maaber@scs-net.org  :

  :        ӡ ߡ ɡ